On parle souvent d'éjaculation rapide ou d'éjaculation précoce, mais qu'est-ce que cela veut dire au juste.

L'éjaculation précoce est une réalité éprouvée par plusieurs hommes. Il existe plusieurs façons de la définir. On a longtemps défini l'éjaculation précoce en fonction de la capacité de l'homme à amener sa partenaire à l'orgasme au cours de la pénétration dans plus de 50 % des relations. Cependant, il est difficile de définir l'éjaculation précoce par un phénomène extérieur à l'homme puisque peu importe le temps que la pénétration peut durer, un grand nombre des femmes n'atteindront pas l'orgasme au cours de la pénétration seule. Ce qui a nécessité une révision de la définition de l'éjaculation précoce.

On a donc cherché à définir cette problématique selon le vécu de l'homme dans la situation. Ces hommes, lorsqu'ils s'expriment, nous disent que quoi qu'ils fassent, ils ne peuvent arriver à contrôler le moment de l'éjaculation. Ils éjaculent habituellement en ayant le sentiment qu'ils n'ont aucun contrôle sur la situation. C'est pourquoi on utilise de plus en plus fréquemment le terme de difficulté de contrôle éjaculatoire. Ce terme reflète bien le vécu des hommes.

Nombreux sont ceux qui ont essayé tous les «trucs» dont on leur a parlé : penser à autre chose, compter à rebours, utiliser des gels sur le pénis dans le but de diminuer l'excitation et quoi d'autre encore!

Toute la pensée de l'homme éjaculateur précoce devient obnubilée par la crainte d'éjaculer. Alors, contrairement à ce que de nombreuses personnes peuvent croire, il y a peu de place pour le plaisir dans la sexualité de l'éjaculateur précoce.

En fait, l'éjaculation, dans cette situation, n'est pas nécessairement synonyme de plaisir même si on semble le croire depuis longtemps.

Précoce comment?

Il existe différents niveaux d'éjaculation précoce. En effet, l'éjaculation peut se produire dès que l'homme ressent un léger niveau d'excitation, soit avant même la pénétration; elle peut se produire au moment même de la pénétration ou après seulement quelques mouvements de va-et-vient. De toute façon, ce qui ressort clairement, c'est que l'homme a le sentiment qu'il éjaculera bien avant le moment où il le désirerait. Cette éjaculation est parfois une source de plaisir, mais plus souvent qu'autrement elle est une grande source de frustration, de colère, de perte d'estime de soi, de déception. Comme conséquence à cela, on retrouvera parfois une perte de désir ou un trouble érectile.

Qu'en est-il du couple?

Certains couples s'adaptent à la situation ou arrivent à y trouver une solution. Cependant, fréquemment, la conjointe pensera souvent que l'homme prend son plaisir sans se soucier d'elle et les tensions dans le couple vont s'accumuler. Comme conséquence des tensions dans le couple, la fréquence des relations diminue pour éviter la frustration qui les accompagne. En effet, pourquoi se confronter régulièrement à quelque chose de désagréable si on peut l'éviter ? se dit-on plus ou moins consciemment. Ce n'est cependant pas une solution viable puisqu'elle est fréquemment accompagnée de rancœur ou de colère et qu'il est difficile de bâtir une relation de couple sur des émotions négatives.

Pourquoi certains hommes n'arrivent-ils pas à contrôler leur éjaculation?

Il n'y a pas de réponse toute faite à cette question. On remarque certaines caractéristiques chez les hommes éjaculateurs précoces. Nombre d'entre eux ont tendance à être anxieux, à avoir de la difficulté à prendre leur temps, à savourer le plaisir, et cela, dans d'autres activités que les relations sexuelles. Il arrive aussi que des conditions difficiles (anxiogènes) lors des premières relations sexuelles installent un «pattern» de rapidité dont il est difficile de se défaire. Parfois aussi, le mode de masturbation (la façon de se masturber) peut amener l'homme à s'habituer à une stimulation rapide et à une décharge de tension rapide. Il tend alors à ressentir cette tension comme une sensation dérangeante et il éjaculera rapidement pour évacuer cette tension. La tension ou l'excitation n'est pas vécue comme une sensation plaisante qui peut durer, mais comme un cap à passer avant d'arriver à l'éjaculation. Il lui sera alors difficile de bien vivre son excitation sans avoir la réaction de s'en débarrasser au plus vite. l'excitation et l'éjaculation ne sont donc pas vécues comme plaisants et satisfaisants.

Pourtant, il est possible d'améliorer le contrôle de l'éjaculation chez l'homme qui le souhaite. Le point le plus important dans cette démarche est de reprendre contact avec les sensations et les émotions liées au plaisir en plus de mieux percevoir son excitation et le senti de la tension sexuelle.

Comment y parvient-on?

On commence par observer ce qui se passe sans rien y changer. l'homme est habituellement tellement obnubilé par sa crainte d'éjaculer rapidement qu'il ne voit pas ce qui se passe, comment il répond aux caresses des mains ou buccales. Certaines caresses peuvent être vécues sans difficultés alors que d'autres mènent inévitablement à une décharge.

Pour mieux sentir et percevoir ses sensations, l'homme doit prendre le temps de développer une meilleure respiration afin d'être plus en contact avec ses sensations. En effet, on remarque souvent que l'homme a tendance à retenir sa respiration dans l'espoir de retenir l'éjaculation, ce qui a un effet tout à fait contraire. La grande difficulté est d'apprendre à respirer et à relâcher les tensions qui s'accumulent au niveau du ventre, des cuisses et des fesses.

Un autre élément important est la façon de bouger durant les caresses et durant la pénétration. Fréquemment, les hommes ont tendance à peu bouger ou à bouger avec beaucoup de contractions. On retrouve des mouvements qui ressemblent beaucoup à des mouvements de push-up. Ces mouvements exigent une grande tension au niveau du ventre, des fesses et des cuisses et concentrent la tension sexuelle au niveau des organes génitaux, ce qui provoque une éjaculation encore plus rapide.

Que faire?

Dans un premier temps, la respiration profonde et abdominale permet de diminuer les tensions qui s'accumulent au niveau du bassin. Par la suite, un réapprentissage du mouvement dans la lenteur, en jouant avec l'ampleur du mouvement et le rythme permet d'acquérir une meilleure perception de son niveau d'excitation, de reconnaître les signes du point de non-retour et surtout de retrouver le plaisir dans sa sexualité.

l'objectif premier est que la sexualité redevienne une source de plaisir plutôt qu'une source grandissante d'anxiété. Il ne s'agit pas seulement de «durer» plus longtemps. Il appert que cet objectif seul ne permet pas de conserver des acquis puisque souvent il n'est pas soutenu par le sentiment de vivre plus de plaisir dans la relation. Tout ne se traduit pas dans la durée mais aussi dans la satisfaction et dans le plaisir ressenti à contrôler son éjaculation.

Sylviane Larose M.A.