Question fréquente, chaque couple pose cette question pour s’interroger sur sa propre sexualité et pour se comparer aux autres couples. Se trouver dans la moyenne est sans doute rassurant et agréable à savoir, mais la fréquence des rapports sexuels n'est pas à confondre avec l'activité sexuelle

De nombreux couples expriment cette inquiétude à propos de la fréquence de leur relations sexuelle, certains femmes considèrent la fréquence comme thermomètre de la santé globale du couple, ou comme l'indice le plus importante de la satisfaction globale du couple.

Lorsque l’homme refuse ou évite un rapport sexuel, des questions se posent, et lorsqu’un homme découvre une baisse de fréquence de son activité sexuelle, il se demande si tout va bien.

En vérité, il n’existe pas toujours un lien entre "Si tu m'aimes, tu me désires, et donc tu fais l’ amour". Les besoins des couples varient.


Problèmes de définitions

Il n’existe pas de norme, il n’existe pas un nombre permettant de comparer l’activité sexuelle d’un couple à l’activité des autres couples. Généralement, on définit le rapport sexuel comme une activité sexuelle avec pénétration et éjaculation. Dans ce cas, les chiffres varient selon les âges, les couples et selon les besoins.

Si on définit le rapport sexuel autrement, par exemple par le nombre d’orgasme, on peut avoir des chiffres différents, de nombreux couples pratiquent la masturbation mutuelle et arrivent à l’orgasme sans pénétration

Facteurs

La fréquence des relations sexuelles dépend de besoins, de l'âge , de l’état physique, psychologique, et hormonal de deux partenaires, de leur disponibilité, de leur complicité et de l’état général du couple.

Il n’existe pas un lien directe entre désir et fréquence des rapports, le manque de temps, la fatigue, la maladie peuvent empêcher ou ralentir activité sexuelle malgré la présence d’un désir important.

Le désir est un événement complexe, physique et psychologique. L’activité sexuelle est la réponse à ce désir, mais n’importe quel événement peut empêcher la traduction du désir en activité sexuelle, les femmes souffrent par exemple avant les règles, elles désirent mais participent peu à l’activité sexuelle avant leur règle. La dépression affecte le désir, une fille déprimée peut participer sans problème à une activité sexuelle, mais elle n’a pas envie. La disponibilité est indispensable pour traduire le désir en activité sexuelle, les femme stressées qui n’arrivent pas à trouver un moment de calme, de sérénité peuvent avoir moins d’activité sexuelle, les hommes trop occupés oublient parfois l’activité sexuelle le sex toys ou la considèrent comme secondaire. Cette disponibilité peut être altérée par chagrin deuil, lassitude, ect.



Du désir à l’activité sexuelle

Dans certains couples, le désir change, la traduction du désir par activité sexuelle change aussi. Il est malheureux de penser que la pénétration est la seule définition de l’activité sexuelle. Certains couples ayant moins de relations pénétratives ( avec pénétration ) négligent une grande partie de l’activité sexuelle. Alors que le sexe oral peut apporter une bonne dose de satisfaction sexuelle, cela peut être importante si la femme a ses règles, ou si elle souffre d’une maladie vaginale ( mycose, endométriose). Certaines personnes d’ailleurs utilisent très peu la pénétration dans leurs relations sexuelles et déclare avoir une qualité de vie sexuelle satisfaisante.

Les préliminaires aussi comptent, se caresser, utiliser les parties du corps les plus sensibles ( seins, cuisses), ou tenter d’érotiser d’autres parties du corps pour chercher à varier le plaisir et augmenter la satisfaction.

Après 30 ans, l’activité sexuelle change des fois. Cette activité change d’une urgence ( faire l’amour partout et vite) vers un relation de qualité, riche en sensualité, en émotion et en orgasme. Le couple entre dans un monde plus globale de plaisir. Les hommes sont plus tendres, plus sûrs d’eux, plus compétents au lit, les femmes acceptent leur corps, le rôle, assument leur désir, et s'abandonnent plus facilement.

En vérité, l’homme apprend avec le temps à aimer le corps entier, la femme apprend aimer les organes sexuels.

En conclusion, il n’existe pas de règle, pas de chiffre, en moyenne les couples déclarent une relation sexuelle par semaine avec pénétration, mais cela n’a rien à avoir avec leur activité sexuelle, ni avec leur satisfaction.

L’essentiel est la satisfaction sexuelle globale et non pas le nombre des rapports.

Copyright Pathol08