Le point G est une source d’intense plaisir, on le sait. Or, on peut le stimuler pendant la relation sexuelle. Il suffit d’avoir la bonne position. En voici six à essayer.


Le manchot

Dans cette position, on est dos à notre Chéri, et on se place soit debout, soit à genoux, soit couchée à plat ventre sur le lit. Dans ce dernier cas, Chéri sera agenouillé ou assis pour nous pénétrer.

«Super bonne stimulation, très confortable! Facilité d’accès au clitoris.»




Le lotus

Assis par terre ou sur un lit, Chéri allonge ses jambes, cuisses écartées. Nous, on s’assoit sur lui, de face, les jambes allongées ou serrées autour de sa taille. Tous les deux, on se penche vers l’arrière. Lorsqu’on contracte les muscles de notre périnée, notre vagin se resserre sur le pénis de Chéri, ce qui a pour effet d’augmenter l’intensité des sensations de chacun. Cette position permet à Chéri de garder son érection plus longtemps.

«Ça prend une certaine flexibilité. La sensation est savoureuse, ça fait frisonner! Quant au point G... Oh oui, ça le stimule!»



Le lotus renversé

Allongée sur le dos, on plie nos jambes et on pose nos pieds sur la poitrine de Chéri, qui est assis ou agenouillé devant nous, puis on écarte les cuisses et on soulève notre bassin pour permettre à son pénis de pénétrer à l’intérieur de notre vagin. On bouge alors les reins pour stimuler notre point G.

Autre possibilité: Chéri pose ses mains de part et d’autre de notre tête, se penche au-dessus de nous et modifie alors le rythme de son va-et-vient: tantôt lent et en douceur, tantôt rapide et en profondeur. Cette position procure des sensations variées, dont l’excitation de la vulve, qui frotte sur le pubis de Chéri, et l’excitation vaginale grâce au frottement du pénis contre la paroi très sensible de l’entrée du vagin.




La levrette

Bien qu’on n’aime pas toujours tourner le dos à notre Chéri pendant l’amour, on préfère parfois être libérée de son regard, surtout s’il a l’habitude de nous scruter pour repérer les signes d’excitation. On se laisse alors aller davantage à notre propre plaisir. Dans la position de la levrette, Chéri est agenouillé derrière nous, qui sommes à quatre pattes. L’angle et la profondeur de la pénétration sont alors parfaits pour atteindre le point G.

«Cette positionne stimule pas du tout le point G.»

Seul inconvénient: le clitoris n’est pas stimulé directement. On aura donc intérêt à se caresser pour augmenter notre plaisir. Dans cette position, on a le loisir de rester passive ou, au contraire, d’harmoniser nos mouvements de reins avec le va-et-vient de Chéri.




Le tigre

C’est une variante de la levrette. Plutôt que de se placer à quatre pattes et de se tenir sur nos mains,on s’appuie sur nos avant-bras, les fesses bien relevées et offertes à Chéri.









Le cheval renversé

C’est ici qu’on prend le contrôle! On peut s’allonger face à face avec Chéri, les jambes de chaque côté des siennes, et se mouvoir sur son pénis afin de stimuler notre point G. On peut aussi s’asseoir sur lui en faisant face à ses pieds. Lorsqu’on le chevauche ainsi, la pénétration est très profonde.

Dans cette dernière position, on a plusieurs choix: on peut garder le torse bien droit et les mains libres pour caresser les testicules de Chéri ou notre clitoris. On peut aussi se pencher en arrière en prenant appui sur nos deux bras. Chéri peut alors caresser notre poitrine ou notre clitoris. Le cheval renversé est pour plusieurs la position parfaite pour stimuler le point G. N’oublions pas que, quand on ressent l’envie d’uriner, il ne faut surtout pas s’arrêter: c'est qu'on y est....

Par Kathleen Michaud Photos: Jean Faugère Illustrations: Patrick Roberge